Singularités masculines 1

 

Maintes fois observé, il faut bien avouer que les liens entre mecs nous dépassent.

En effet, il est établi que les filles ont besoin de se retrouver entres elles et que la BFF reste d’une importance cruciale sur une tranche de vie, cependant  les rapports qu’entretiennent deux hommes restent un mystère.

Probablement parce que leur attachement est moins expansif mais vraisemblablement  bien plus respectueux car généralement d’une loyauté irréprochable.

De plus, contrairement aux femelles, les mâles n’ont pas l’utilité de se dévoiler pour être sur la même longueur d’ondes, leurs silences partagés en disent certainement  plus long que des années de blablatage féminin.

D’ailleurs les acolytes ne se fâchent pas pour des broutilles mais se soutiennent, tels des compagnons d’armes, dans les pires situations sans jamais se juger.

État de choses qui peut rendre jalouse la concubine, consciente d’être dans l’incapacité de rivaliser avec cette entente édifiante qui quelques fois empiète sur la vie de couple.

 

… exemple à suivre….

Toy boy

 

Arrivées à un certain âge voire à un âge certain, les matures ne se font guère plus d’illusions sur la capacité des hommes à les rendre          heureuses.

Libérées du carcan de la structure familiale devenu totalement désuète car indépendantes pécuniairement depuis fort longtemps, restait à trouver la solution optimale pour combler le besoin sexuel qui n’a pas pris une ride, bien au contraire.

C’est ainsi que le Toy boy c’est démocratisé.

Les dames les plus téméraires trouvant satisfaction uniquement auprès d’esthètes vigoureux et endurants.

D’ailleurs, une fois bien dressés c’est ce qui se fait de mieux sur le         marché, d’autant plus que si un modèle est défaillant il n’y aucun      souci de réapprovisionnement.

Le must étant de s’offrir un ado boutonneux et d’en faire un président !

Alors chères consœurs plutôt que d’investir dans de l’électroménager haut de gamme en espérant à tort que cela va embellir vos vies, il vaudrait mieux remplacer l’individu périmé qui squatte le canapé en râlant, par un modèle en intérim qui combine esthétisme, performances et économies (plus besoin de blinder le frigo de bières et autres victuailles ).

Excellente qualité de vie garantie !

 

                                                                            … à vos tablettes …

Agent double

 

Force est de constater avec quelle facilité un homme peut naviguer sans scrupules entre sa vie conventionnelle et son jardin secret.

En effet, il n’est pas rare qu’à la fin de sa journée de labeur, l’hédoniste roucoule dans les bras de sa maîtresse avant de retrouver la mère de ses enfants avec une incroyable nonchalance.

L’organisation est bien huilée, le timing parfait, le budget maîtrisé !

Manifestement dupées par la crédibilité sans failles que lui octroie sa personnalité schizophrénique, l’officielle comme l’amante ont le sentiment d’être sincèrement aimées par l’ensorceleur.

Quelquefois l’une a le gros avantage de connaitre l’existence de l’autre.

Malgré cela persiste le stupide espoir d’être celle qui compte vraiment, alors qu’en réalité l’effréné est dans l’incapacité de faire un choix.

D’autant plus que la situation lui permet d’avoir le beurre et l’argent du beurre sans se soucier d’ôter progressivement le sourire des crémières qui pourvues du légendaire instinct féminin finissent à un moment ou un autre par douter, ce qui équivaut à un avis de tempête.

 

                                                                        ….tragédie, acte 1 …

Addiction

 

Afin de combattre certains troubles de la personnalité il est fréquent de se vouer corps et âmes à une activité ou encore de chercher un refuge dans l’enfer des drogues en tous genres.

Mais que ce soit le travail, le sport ou même le sexe, ces excès vont se montrer dévastateur pour le couple.

Certes, il ne faut pas confondre une faiblesse passagère avec un mal-être plus profond.

En revanche, il est compliqué voire impossible malgré la puissance des sentiments de côtoyer quelqu’un qui n’est pas en paix avec lui-même.

Il ne faut surtout pas perdre de vu que l’amour ne justifie pas de tout accepter, d’autant plus que le quotidien vire fréquemment au cauchemar.

La séparation est alors inévitable même si ce n’est pas forcément évident de se résigner à mettre fin à une relation qu’on espérait inaltérable.

De l’extérieur il est facile de stigmatiser celui qui « abandonne », alors qu’en réalité il s’agit d’instinct de survit.

 

                                                     …nobody is perfect…

Frustrations féminines 5

 

Les hommes se plaignent souvent du manque de sexe dans leur couple.

Pour faciliter la réflexion de troisième mi-temps des chers étalons en déroute, voici une piste qu’ ils n’avaient probablement jamais exploré, et ce malgré avoir envisagé diverses hypothèses en lien direct avec ce que l’on appelle depuis peu:  « la charge mentale ».

Il se trouve que cette perte d’entrain n’est pas forcément due au stress d’un boulot sous payé, au fardeau de l’éducation de la progéniture, ni même au contrecoup d’un compte bancaire régulièrement dans le rouge.

En réalité rien de tout ça n’affecte la libido d’une tigresse, d’autant plus qu’une bonne partie de jambes en l’air permet d’oublier les petits tracas du quotidien.

Alors, de quoi est-il question ?

En partant du principe que les femmes aiment autant le sexe que leurs maris, (si ce n’est plus) et qu’elles revendiquent certaines exigences en la matière, il se pourrait que ce soit tout simplement un choix des plus raisonnables :  s’abstenir plutôt que de subir du « pas bien »  ou du  « pas assez ».

                                                                    …la fameuse performance…

Home sweat home

 

Une chose essentielle que l’on oublie trop souvent, c’est que le coït n’est pas vécu de la même manière selon que l’on se trouve dans la position d’actif ou de passif.

Dans les faits, pour l’un il s’agit de conquérir alors que pour l’autre il est question d’accueillir.

La différence n’est pas des moindres car laisser quelqu’un pénétrer son corps relève de tout un symbole puisque tout comme pour une demeure on ne laisse pas entrer n’importe qui.

Assurément pour l’invité il est toujours plaisant de s’attarder dans un endroit chaleureux et apaisant, par conséquent, il faut veiller à ne pas abuser de cette hospitalité au risque de gâcher la relation et se voir refuser l’accès aux parties privatives à tout jamais.

Il se trouve que l’hôte (esse) a besoin d’être en confiance et de se savoir respecter, à défaut une envahissante impression de souillure ternie l’étreinte qui se devait d’être féerique.

 

                                                                …la prévenance est de mise …

Obsession

 

Dans nos vies structurées, tout tient dans un plan prédéfini selon une suite logique d’événements qui permet de nous rassurer tout au long du chemin.

Pourtant une rencontre éphémère chamboule ce monde que l’on croyait parfait, si ce n’est au moins suffisant.

Cet échange courtois est vécu comme une renaissance, car d’agréables sensations  on su trouver un passage dans le labyrinthe du sanctuaire de la routine.

Il ne se passe plus un jour sans que le désir d’aller plus loin ne revienne puissamment à la charge, d’autant plus si l’être convoité nous nargue par sa trop courte présence sur un trajet coutumier.

Des émotions à la fois fortes et contradictoires tortures alors l’esprit prit dans les filets de la tentation.

Petit à petit on ne sait plus ce qui est réellement insurmontable : résister ou succomber ?

 

                                         …le cœur à ses raisons que la raison ignore….

Jubilation

 

Ce n’est pas un secret que les hommes ont un réel besoin de reconnaissance de leurs compétences.

En effet, le moindre acte du quotidien les ramène à leurs performances.

C’est pourquoi, ils ont développé dès leurs plus jeune âge un esprit de compétitivité où il est fondamental de posséder tout d’abord : le plus beau tricycle, puis le scooter le plus bruyant, suivi d’une voiture étincelante, sans oublier le meilleur matériel pour chacun de leurs loisirs.

Forcément pour ce qui concerne l’activité sexuelle il en est de même.

Pour preuve, le visage illuminé de l’amant fier de sa prestation, ressemble à s’y méprendre au visage d’un gosse qui reçoit le jouet en vogue dont tous ses copains rêves.

Gloire au sauveur qui a été capable d’accomplir la mission du super héro avec brio en procurant une rafale d’orgasmes à sa femme adorée !

 

                                                                               …yes  we can…

Erreur d’appréciation

 

Lorsqu’il est question de participation, la tendance est de penser à un effort financier alors que pour chaque projet qu’il soit professionnel, créatif ou relationnel cela nécessite une forme d’investissement : en temps, en énergie et surtout un considérable engagement émotionnel.

Là où le bât blesse, c’est lorsqu’à moyen terme le bénéfice réalisé est bien inférieur à ce qui était prévu, quelques fois le résultat se trouve être largement déficitaire.

Il faut bien avouer qu’en amour comme en affaires, le retour de bâton est difficile à encaisser.

À ce moment-là on comprend le profond désarroi qui a poussé des Golden Boys de la crise de 1929 à se défenestrer.

En effet, la débâcle doublée de la honte de s’être laissé berner par une offre bien trop alléchante ressemble en tout point à une désillusion amoureuse.

Car jusqu’au dernier moment, malgré la chute vertigineuse du taux de rentabilité on s’est accroché inexorablement au stupide espoir du Jack Pot.

 

                                                               … tomber pour mieux se relever….

Féminisme ?

 

Certaines associations féministe sont comme toutes autres idéologies humanistes persuadées de parler au nom de ce qui est juste, alors qu’en réalité leurs propos et leurs actions ne reflètent que leurs propres opinions et surtout leurs visions des choses qui sont directement liées à leurs bagages émotionnels.

De plus, pourquoi perdre un temps précieux en polémique pour des choses aussi futiles que des représentations artistiques portant soi-disant atteinte à l’intégrité de la femme alors qu’il s’agit au contraire de leur rendre hommage.

Puérils batailles par rapport aux problèmes bien plus préoccupants qui mériteraient d’être traités à travers le monde ou les femmes sont brutalisées en toutes impunités.

Malheureusement, loin des yeux, loin de l’horreur !

Pour en revenir au chimérique slogan égalitaire, il serait temps d’arrêter d’imposer une idéologie qui a déjà fait perdre un privilège au « sexe faible » en imposant le « Madame » dès la naissance alors que pour les plus libérées le « Mademoiselle » permettait d’affirmer une indépendance et surtout une différence largement méritée.

D’ailleurs qu’elle idée saugrenue de vouloir absolument se rabaisser à être l’égale de l’homme.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                           …  lol…