Petite méthode pour une séparation sereine

 

Après avoir passé le cap le plus difficile de l’ultime décision, il est nécessaire de suivre des règles élémentaires.

Une fois la « mauvaise » nouvelle annoncée, ne plus accepter de rencontres sous de prétextes futiles, étant donné que chaque entretien est signe d’espoir de reconquête pour le désavoué.

D’ailleurs si un homme se déplace ce n’est certainement pas pour rendre service !

Si malgré tout le piège s’est refermé et qu’une partie de jambe en l’air s’est malencontreusement immiscée, il est impératif de garder ses positions.

En effet il ne faut en aucun cas confondre l’amour avec le besoin sexuel ou encore l’habitude, si ce n’est la pitié avec le désir !

L’erreur est humaine, mais ne pas en tirer de leçon est destructeur, surtout qu’une vie meilleure est possible à la fin d’une histoire d’amour.

 

….en route pour de nouvelles aventures…

Recueil de nouvelles

Succulence de l’érotisme au féminin

succulence_1ere_couverture

 

Ce recueil de 24 récits regroupe une majorité d’inédits ainsi qu’une sélection de récits publiés sur ce site.

Disponible en suivant ce lien:

https://www.createspace.com/6681467

 

Révélations sensuelles:

Découvertes de sensations  nouvelles, aussi intenses qu’exceptionnelles.

Pauses érotiques :

Moments de détente sexy pour femmes actives.

Pulsions charnelles:

La difficulté de résister à d’irréfutables attirances aussi  puissantes qu’immorales.

Lieux aphrodisiaques:

Certains endroits anodins peuvent devenir des terrains de jeux  hautement sensuels.

 

Emma

 

Couverture_EmmaEmma est une magnifique créature qui apprécie l’indépendance que lui procure son emploi et assume totalement sa sexualité libérée.

Après avoir passé plusieurs années dans des lieux paradisiaques aux quatre coins du monde elle souhaite changer de vie pour revenir dans la capitale et ainsi se rapprocher de ses enfants devenus adolescents qui vivent avec son ex-époux.

La jeune femme était consciente du bouleversement qui allait s’opérer suite à son changement de société mais ne s’attendait à aucun moment en tant que célibataire déterminée à rencontrer une personne qui allait la transformer profondément et cela malgré de nombreuses barrières.

À découvrir dans la boutique createspace en format papier en cliquant ci-dessous

Emma par Ewenn Mathis Format papier: ( nouveau lien )

Emma par Ewenn Mathis Format papier

À découvrir dans la boutique Kindel en Eboock en cliquant ci-dessous

Emma par Ewenn Mathis Eboock

Clara

 

Plutôt mal dans sa peau avec un physique ingrat et un regard méprisant, Clara vingt cinq ans, n’a jamais travaillé et vit aux crochets de son petit ami, un homme simplet et bosseur.

Aigrie avant l’heure, son avenir s’annonce morose, du fait qu’elle occupe ses journées ritualisées et sans saveur a jalouser ceux qui s’en sortent mieux qu’elle.

Les weekends, la jeune femme retrouve sa minuscule bande d’amis pour des commérages en tous genres. En réalité il y a surtout une personne qu’elle est heureuse de revoir, il s’agit de Bryan qu’elle aime en secret depuis l’école élémentaire.

Lointaine époque à laquelle ils passaient déjà tout leur temps libre ensemble.

Malheureusement pour Clara le garçon est de l’autre bord, ce qui ne lui laisse guère de chance de l’apprivoiser un jour, surtout qu’il revendique haut et fort son homosexualité  ainsi que son dégoût pour le corps féminin.

Par désespoir lorsqu’il a fait son Coming out, elle s’est mise avec Jules, ce dernier semble ne se douter de rien.

Ne tolérant aucune rivale, Clara use de son statut de meilleure amie pour éloigner toutes autres filles de leur clan très restreint, surtout quand elles sont jolies.

La vie amoureuse de Bryan est un désert, ce qui laisse supposer qu’elle fait vraisemblablement de même avec les mecs.

Il se trouve que la peste ne recule devant aucun stratagème pour arriver à ses fins : mensonges, médisances et manipulations sont ses armes favorites.

Fidèle en amitié Bryan est aveugle, il continue sa vie chaotique dans une pathétique euphorie.

À ce rythme, le jeune gay risque fort de vieillir seul et désemparé d’autant plus qu’il n’est pas non plus un canon de beauté et ses fautes de goûts vestimentaires n’arrangent rien à l’affaire.

Lorsqu’il s’installe dans son nouvel appartement non loin de celui du couple d’amis, il organise une crémaillère.

La fête reste candide mais l’abus d’alcool étourdit les esprits. Une fois les quelques invités partis, Clara est bloquée chez Bryan car Jules s’est endormi, battu à plate couture par une bouteille de Whisky.

Les deux complices de longues dates restent à boire et à papoter pendant près de deux heures, lorsque désinhiber, Clara embrasse Bryan, qui passablement émécher ne la repousse pas de suite.

Elle se met rapidement à genoux devant lui, libère son pénis flasque pour le sucer avec dévotion, il bafouille…

-Non…c’est une mauvaise idée….

Clara n’écoute pas et continu de plus belle, la pine ayant durci, elle se dit qu’il n’est pas indifférent à son charme.

Privé de ce genre de faveur depuis trop longtemps Bryan finit par se laisser faire mais jette tout de même un regard sur son pote affalé sur le canapé,  le colosse cocu et saoul  pourrait subitement devenir fort dangereux.

Dans l’immédiat il n’y a pas de risque potentiel car Jules ronfle en laissant glisser un filet de bave du coin de ses lèvres.

Une fois rassuré Bryan ferme les yeux pour oublier qui se trouve à ses pieds afin d’apprécier la gâterie.

Clara met du cœur à l’ouvrage, cela fait si longtemps qu’elle l’aime et le désir qu’elle en oublie les répercussions que pourrait avoir ce coït  irrationnel.

Après l’avoir gobé, branlé et léché, elle remonte doucement, dans l’espoir qu’il la serre dans les bras pour une étreinte romantique, mais dès qu’elle cherche à nouveau ses lèvres le naturel revient au galop.

-Je ne peux pas Clara !

-S’il te plaît …

-Non, vraiment…

Prête à tout, elle lui offre son cul et commande :

-Alors prends-moi par le fion, ça tu en es capable !

Elle joint le geste à la parole et lui offre sa croupe. Dans l’impossibilité de raisonner Bryan se laisse guider par ses pulsions, d’autant plus que sa queue le tiraille.

-Ok si c’est ce que tu veux….

-Fais gaffe quand même c’est nouveau pour moi.

Cette petite précision plait beaucoup au jeune homme qui a déjà dévergondé plusieurs gars classés hétéros. Il se trouve qu’être le premier le stimule, même si cette fois-ci la taille du fessier lui est inhabituelle.

-T’inquiètes je gère !

Il crache sur l’orifice vierge mais ne perds pas de temps à le préparer pour l’assaut, son membre n’étant pas très large.

L’asperge s’enfonce doucement, Clara est crispée ce qui rend l’action douloureuse mais elle ne se plaint pas car l’essentiel c’est de l’avoir en elle.

Debout, penchée en avant, les coudes de Clara reposent sur la table à proximité des verres et bouteilles vides, elle est partiellement dénudée, Bryan n’ayant aucun intérêt pour ses boobs.

Lorsque la jeune femme aperçoit leurs reflets dans la baie vitrée cela l’excite terriblement: enfin il forme un couple.

La scène pourrait figurer sur un streaming porno du net.

Plus détendue, le va-et-vient commence à lui procurer du plaisir, même si c’est bien loin de ce qu’elle avait rêvé.

L’actif s’agite derrière elle, le bas de son survêtement posé sur les chevilles, il lui claque les fesses violemment, tout en la niquant sauvagement.

Il n’y a donc nulle trace de romantisme dans leur accouplement, malgré cela elle apprécie en gémissant. Bryan lui couvre la bouche, il ne tient pas à ce que Jules  assiste à cette abominable réalité.

Pressé, il finalise dans un dernier clappement de couilles contre les grosses fesses de Clara avant de se retirer et de s’enfermer dans la salle de bain, laissant sa maîtresse d’un soir grisée mais terriblement seule.

Elle se rhabille in extremis avant que Jules ne se réveille en sursaut et demande:

-J’ai loupé un truc ?

Moment(s) d’égarement(s)

 

L’adultère a été une évasion majoritairement masculine il y a quelques décennies, or de nos jours les femmes ne sont plus en reste.

En effet grâce à l’émancipation gagnée après un dur combat, c’est une des nombreuses égalités qui dérangent les mâles.

Pourtant, chacun y trouve son compte car jamais il n’a été aussi facile pour les deux sexes d’être infidèles : les horaires de travail décalés, les loisirs à gogo et les réseaux sociaux ont démultiplié les possibilités.

D’autant plus que cette dérive n’est plus réservée à une catégorie de personnes aux mœurs légères. Il est avéré que les unions dites stables ne sont pas épargnées, ni même les personnes au-dessus de tous soupçons souvent bourrées de principes.

Après un tel constat, une révision des serments serait probablement nécessaire étant donné que les couples « modèles » sont en voie d’extinction et qu’il devient ridicule de remettre tout un microsystème en question pour un simple coup de canif dans le contrat.

Surtout que la plupart des attirances ne sont que passagères alors que l’amour légitime trouve son ancrage au quotidien dans le partage des joies et des peines.

 

                                                   …relativiser, pardonner, avancer…

Sexualités et différences

 

La société n’approuve pas forcément les divergences de goût en la matière.

Pour preuve l’existence persistante de l’homophobie combattue pacifiquement chaque année à travers le monde lors de défilés LGBT qui prônent le droit à la différence.

Pourtant il reste une partie de la population qui est grandement oubliée : les personnes souffrant d’un handicap.

Nombreuses sont les lois pour protéger les plus vulnérables, mais aucune ne prend réellement position en faveur de leur sexualité.

Il suffit de voir le tollé provoqué par l’émergence de l’assistanat sexuel qui est quoi qu’on en dise bien plus « propre » que le plus vieux métier du monde.

Pourtant les gens différents ont les mêmes besoins d’amour, de contact physique, d’ivresse sensorielle que tout autre humain.

En quoi le lien qui unit un couple « bien sous tous rapport » est-il plus honorable qu’une union de personnes atteintes de trisomie, d’Alzheimer ou toute autre infirmité psychique ou physique ?

Comment oser exiger un idéal lorsque la beauté de ce monde brille de ses diversités.

 

                             …le sexe est un besoin, la différence un droit ….

 

Frustrations féminines 2

 

Enfin un peu de temps pour une soirée de rêve.

Le délicat a tout prévu : ambiance tamisée, boisson à bulle, musique relaxante suivi de préliminaires de qualités.

Toutes les conditions sont réunies pour une expérience charnelle légendaire.

L’excitation est à son comble, lorsqu’arrive le moment d’offrir l’hospitalité et profiter du plaisir enivrant de sentir le membre chaud se trémousser dans l’intimité survolté.

Au rythme appuyé de ce balancement langoureux, de douces sensations se propagent crescendo de la grotte à la surface.

L’osmose est parfaite, cette impression merveilleuse de ne faire plus qu’un annonce l’extase simultanée de deux êtres parfaitement accordés.

Puis soudain, CATASTROPHE !!!

L’organisme qui vient d’offrir tant de bonheur se retire sauvagement en laissant un vide aussi soudain qu’effroyable.

L’horreur ! En une fraction de seconde le gentleman s’est transformé en star du porno !

Sachez Messieurs que le coitus interruptus qui se veut artistique dans un film X a rarement sa place dans le quotidien d’un couple légitime ou non.

D’une part vous gâcher le dernier coup de rein qui est souvent le plus intense pour la partenaire, d’autre part la semence qui se répand aléatoirement sur le bas ventre bouillonnant n’est pas au goût de chacune et de surcroît ne protège en aucun cas des désagréments, genre nouveau né ou IST.

 

                                                                                                                                  …copie à revoir …

 

Ariane

 

Ariane est une femme de 52 ans grande, maigre et plutôt nerveuse, ce qui est en parti du à son activité professionnelle très prenante. En effet, elle ne compte pas les heures de travail, mais  c ‘est le prix à payer lorsqu’on est propriétaire d’une boutique.

En secondes noces, la commerçante a épousé Eric un homme tendre et généreux. Leur rencontre romantique sur un quai de gare sept ans plus tôt a totalement bouleversé sa vie.

Malheureuse à cette époque, suite à un échec cuisant qui l’avait totalement vidé elle ne croyait plus en la magie de l’amour, pourtant le coup de foudre l’a transformé.

Rien ne l’avait préparé à une telle romance, surtout que son nouveau mari est très différent de ses précédents compagnons. Tant par le caractère que par le physique, il se trouve elle adore ses rondeurs rassurantes.

La relation est basée sur un profond respect, une totale confiance ainsi qu’un amour inconditionnel.

Leurs enfants respectifs ont quitté le domicile depuis plusieurs années ce qui leur permet de profiter pleinement l’un de l’autre sans subir d’interférences de toute sorte.

De ce fait le couple est totalement épanoui, ils ont construit leurs bonheurs grâce à leur faculté de tirer des leçons du passé et de leurs échecs sentimentaux.

Extrêmement fatiguée après une longue journée de soldes dans son magasin de prêt à porter, Ariane n’a qu’une envie c’est de dormir.  Heureusement qu’à son retour au domicile la table est mise, le repas mijote dans le four et une odeur de poulet au curry se propage dans la maison.

Son époux est toujours aux petits soins, ce qui fait son petit effet.

-Bonsoir mon petit ours, tu es vraiment l’homme idéal.

Elle l’embrasse tendrement, il adore cette femme qui est toujours impeccable en toute circonstance, sa délicate odeur l’enivre.

-Bonsoir ma belle, tu n’et pas mal non plus dans ton genre.

Au premier regard Eric comprend que la journée de sa femme a été éreintante mais il a été convenu dès qu’ils ont emménagé ensemble qu’une fois rentrée son activité professionnelle ne serait pas évoqué.

Pour profiter encore plus l’un de l’autre les téléphones sont éteints dès l’apéro pour permettre à Ariane de réellement séparer le boulot de sa vie privée ce qui n’était pas le cas lors de son premier mariage.

Après le repas elle se prélasse dans son bain histoire de déstresser car en ce moment il y a de quoi déclencher un ulcère d’estomac. Entre sa clientèle exigeante et ses vendeuses peu concernées par l’impératif d’écouler au maximum les invendus d’une saison désastreuse.

Elle essaye malgré tout de relativiser car sa trésorerie ne se porte pas trop mal contrairement à d’autres enseignes de la ville.

Après ce petit moment d’égoïsme, elle n’a qu’une envie c’est de s’enfuir au fond de ses draps de satin et se laisser tomber dans les bras de Morphée. Quand son mari la rejoint, il a prévu tout autre chose, persuadé qu’un peu de sexe favorisait une nuit réparatrice.

En plus en tant que conducteur de train à la retraite, il n’est pas du tout vanné, malgré ses multiples occupations journalières.

Eric lui caresse affectueusement le visage en lui avouant :

-J’ai très envie de toi mon amour.

-Pas ce soir, je suis exténuée mon chéri.

Ce genre d’argument ne suffit pas pour démotiver l’épris. Connaissant parfaitement son épouse il l’embrasse tendrement en lui caressant délicatement ses petits seins qui se dressent instantanément. Malgré l’épuisement le corps d’Ariane est réceptif à l’appel du désir.

Pour éviter tous quiproquos ils ont prit l’habitude de communiquer sans tabous

-D’accord mais fais-moi l’amour doucement, je suis à bout de force.

-Tout ce que tu voudras mon ange.

L’affectueux mari évolue avec lenteur sur ce corps qu’il célèbre. Du bout des lèvres, il dorlote la longiligne qui se laisse ainsi choyer, demeurant totalement inerte et les yeux clos.

Plutôt heureux d’innover, il effleure délicatement sa peau avec une plume pour favoriser une relaxation plus intense.

Par la suite, il cajole méticuleusement ses petites fesses plutôt que de les stimuler avec force comme il le fait habituellement.

Une fois n’est pas coutume, ce soir il privilégie les besoins de sa femme en faisant virevolter sa langue avec légèreté sur l’abricot de son adorée en y mettant tout son cœur.

-Hmm nounours c’est parfait, surtout ne me fais pas jouir.

-Tout ce que tu voudras mon trésor.

Cette délicate manipulation a un effet extrêmement décontractant, Eric réussi à faire durer ce plaisir indéfinissable sans lui faire franchir la ligne interdite de l’orgasme.

Au bout de longues minutes de servitude la nécessité de se réfugier dans la moiteur de sa concubine le tiraille. Il fini par s’introduire avec une rare douceur ce qui procure un bien être totale à sa femme qui s’exprime dans un souffle à peine audible :

-C’est divin mon amour, tu es exceptionnel.

Ariane se croit au paradis, idéalement elle voudrait que ce moment hors du commun ne s’arrête jamais. Cette volupté la transporte, les vas et viens langoureux de son mari dans son intimité diffusent des ondes positives dans chaque cellule de son corps.

Elle a l’impression de flotter dans les airs, que son esprit et son corps sont divisés.

Très observateur Eric comprend que la femme de sa vie est entrain de vivre une expérience sensorielle hors du commun. Jamais il n’avait vu son visage si lisse, son attitude est inhabituelle, elle semble si paisible.

Il est très fier de lui donner un tel assouvissement, Eric déplace légèrement son épouse sur le flanc afin de s’installer plus confortablement :

-Je vais te rejoindre au nirvana ma reine….

Malgré une sexualité ouverte il découvre cette nouveauté avec enchantement, un orgasme lui semble bien fade à côté de cet ésotérisme.

Cela tient du surnaturel, il prend conscience de capacités insoupçonnées du corps humain à percevoir ce qui lui est nécessaire.

Cette lente valse des sens les rapproche encore, une réelle fusion s’opère. Il a plus que jamais la sensation d’être lié à Ariane, de ne faire qu’un :

-Mon cœur c’est vraiment fabuleux

-Hmm oui mon ourson….

L’osmose dure encore de longues minutes avant qu’ils ne s’endorment encore fusionnés.

Le lendemain matin les passionnés se réveillent de bonne heure, totalement ressourcés.

Leur activité nocturne a été plus que bénéfique, Ariane et Eric réalisent que bien malgré eux ils viennent de découvrir le Slow sexe.

 

EX

Le point commun de tous les ex de la planète, c’est qu’on les trouve nettement moins attirant une fois que l’histoire est derrière nous.

On arrive même à se demander comment l’on a pu se tromper à ce point. Mais bon, pour notre défense, il paraît que l’amour rend aveugle !

L’adage a bon dos lorsque la honte nous submerge en repensant aux années perdues auprès d’une personne qui maintenant nous inspire le dégout.

Surtout qu’on a beau se creuser les méninges, impossible de se souvenir pourquoi le mode «total in love» s’est activé sans crier gare, pour finalement s’éteindre quelques années plus tard en nous ramenant à une décevante réalité.

C’est d’ailleurs atroce de réaliser à quel point l’on s’est fourvoyé.

Du coup, à chaque fois que l’on croise l’abominable, on est prit subitement d’une violente envie d’étrangler Cupidon avec les cordes de son arc, afin d’empêcher ce petit farceur de faire de nouveaux dégâts.

                           …triste constat…

2017 année charnelle

 

Meilleurs vœux à mes lecteurs assidus.

Que l’esquisse  de cette nouvelle année vous mène à des amours volcaniques, selon les goûts, éternels ou éphémères…

L’essentiel étant de préserver sa spécificité,  de rester à l’écoute de son corps, de ses envies et ses besoins afin d’accéder à l’ivresse cosmique lors de magnifiques  corps à corps férocement orgasmiques.

                                                                                                   

                                                                                               Ewenn Mathis

La dalle

….  et pas seulement ce soir…

Cet état insoutenable d’abstinence forcée où le corps crie famine et l’humeur devient exécrable.

L’environnement familial et professionnel n’a qu’à bien se tenir pour ne pas subir les foudres d’un état de stress palpable.

À l’évidence aucune solution de substitution ne permet de se rassasier quand il y a un besoin de contact physique, car même une poupée à plusieurs milliers d’Euros ne saurait combler cette disette.

La plus grande crainte, lorsqu’on est habitué à l’ivresse des sens, blottit contre un corps doux et chaud, est d’en arriver au moment, où dans un réflexe de protection la libido se met en veille et l’organisme oublie la merveilleuse sensation de l’abandon.

 

                                                            Joyeux Noël à tous les affamés !

Viviane

 

Viviane et Tanguy se sont dits oui il y a dix-sept ans par un jour pluvieux d’automne. Ils avaient eu le coup de foudre un an plus tôt quand ils se sont rencontrés en boite de nuit par hasard, alors que ni l’un ni l’autre n’étaient habitués à fréquenter ce genre d’endroit.

L’une y était allée pour les vingt ans d’une copine et l’autre s’était laissé embarquer par ses collègues après une interminable réunion de travail.

À partir de ce jour, ils ne se sont plus quittés. Viviane avait rapidement emménagé chez Tanguy au grand désespoir de ses parents qui ont vu partir précocement leur fille unique. De plus ils ne croyaient pas en l’avenir de cette union car la différence d’âge les inquiétait.

Malgré tout, l’amour inconditionnel qui unit Viviane à Tanguy est venu à bout des préjugés. Les esprits se sont définitivement apaisés une fois que le premier enfant est né quatre ans après leur rencontre.

Depuis tout le monde vit en harmonie, deux autres naissances ont suivis et le bonheur est au rendez-vous quotidiennement.

Traditionnellement pour leur anniversaire de mariage, ils passent la soirée dans un restaurant gastronomique réputé au décor majestueux.

C’est à chaque fois le grand jeu car Viviane est convaincue que l’amour ça s’entretient. La trentenaire explose le budget, rien n’est trop beau, nouvelle tenue et passage obligé dans l’après-midi chez la coiffeuse et l’esthéticienne.

Elle veut se sentir belle et unique, surtout que l’homme de sa vie s’embellit avec l’âge. De sept ans son ainé, ses cheveux poivre et sel lui donnent un charme fou.

Toujours très éprise, il est hors de question qu’elle lui donne l’occasion de la quitter.

Après toutes ses années de vie commune, le couple a toujours des choses à se raconter et leur complicité est évidente.

Viviane adore se noyer dans le regard vert de son mari en se laissant bercer par sa voix grave et sensuelle.

Une joie incommensurable la gagne lorsqu’au moment du dessert il lui promet une nuit exceptionnelle.

Sur le retour, pour mettre sa déesse dans l’ambiance, il a prévu de la musique douce dans la voiture, il est certain qu’avec ses trois verres de vin Viviane sera très réceptive à sa petite surprise.

L’affectueux a toujours souhaité le meilleur pour la pétillante qui égaye sa vie depuis tant d’années. Jamais il n’a songé à la tromper malgré de nombreuses opportunités.

Tanguy a travaillé dur pour lui offrir une vie agréable, ils partent en vacances deux fois l’an en famille et s’offrent occasionnellement des escapades en amoureux lors de weekends prolongés.

Arrivés chez eux, ils apprécient le calme de leur joli pavillon, comme chaque année les enfants sont chez les grands-parents pour la nuit.

Viviane a pris soin de placer des bougies aux senteurs aphrodisiaques dans la chambre des délices.

Tout est parfait lorsque Tanguy s’approche de sa femme et l’embrasse longuement en faisant glisser la fermeture éclair de la robe de soirée afin d’avoir accès à ce dos qu’il adore caresser.

Elle frissonne et lui murmure:

– Tanguy je t’aime.

Les baisers dans la nuque font chavirer Viviane, il ôte délicatement le magnifique vêtement et s’émerveille devant les nouveaux dessous qui le stimule terriblement, pourtant il va se tenir à son plan et résister à ses pulsions pour assouvir celle qu’il aime.

– Tu es vraiment splendide chérie.

L’ adorée  en oubli les complexes liés à ses rondeurs que Tanguy trouvent fort appétissantes. D’ailleurs, il ne se lasse pas de malaxer cette généreuse poitrine emballée dans une dentelle rouge. Ses mains se promènent sur les bas résilles avant de s’aventurer vers des zones hautement érogènes.

Viviane en a la chair de poule lorsque son homme lui flatte la raie des fesses. La scène est très érotique, Tanguy est toujours habillé, son magnifique costume s’oppose à la tenue légère et aguicheuse de la docile qui commence à gémir dès qu’il glisse ses doigts dans son string pour écarter les grandes lèvres et frôler somptueusement son clitoris.

–  Ma poupée, je vais te gâter.

–  Mmmm, mon trésor, j’ai tellement envie de toi.

Il sort un foulard de la commode et lui bande les yeux .

–  Allonges-toi !

Pendant que Viviane obtempère, Tanguy se met à l’aise avant de l’attacher aux barreaux du lit. Il contemple son épouse ainsi offerte, ses longs cheveux noirs se répandent sur l’oreiller, il est impatient de la faire jouir.

Il lui donne un baiser langoureux tout en caressant ses magnifiques seins qu’il a libérés sans dégrafer le soutien-gorge. Sa langue descend le long de ce corps pulpeux, il fini par enlever le bout de tissu qui gêne l’accession au bouton de rose.

Elle sait que ce qui va suivre va être enivrant, pourtant il ne lui prodigue cette vertigineuse caresse qu’un court instant.

Viviane s’effraie tout d’abord lorsqu’un objet non identifié la pénètre dans un va-et-vient délicat, mais très vite son bas-ventre s’emplit d’agréables fourmillements.

Tanguy est très attentif au bien-être qu’il diffuse, dès que le bassin de sa belle commence à se trémousser il active une des fonctions du vibromasseur.

À aucun moment elle ne s’attendait à être visitée de la sorte car jamais ils n’avaient utilisé d’accessoires pendant leurs jeux érotiques.

La stimulation des billes contre les parois de son vagin lui procure beaucoup de plaisir, Tanguy procède progressivement pour que son amour profite d’un maximum de nouvelles sensations.

Limitée dans ses mouvements car pieds et poings liés, Viviane se tortille difficilement en exprimant sa satisfaction :

–   Chéri, c’est si bon, mmmm, continu, oh oui…

Le moment est venu de rajouter les vibrations bien placées. Le bout de silicone collé sur son clito la stimule démesurément.

Viviane s’égosille :

–  Oh mon Dieu Tanguy … Ahh

Il est satisfait de la voir dans un tel ouragan sensuel, dire qu’elle s’était toujours opposée à l’introduction de tout objet dans ses entrailles.

L’excitation de l’époux est grandissante c’est de plus en plus difficile pour lui, sa queue est en feu. Sa position de dominant lui inspire une agréable idée, tout en continuant à gâter Viviane il lui met son pénis dans la bouche.

Ce subit et inattendu outrage  lui procure un nouveau spasme sexuel.

Néanmoins  elle continue de pomper son mari avec conviction afin qu’il ne tarde pas à éclabousser sa gorge de son savoureux liquide crémeux.

Le couple  exténué et serein s’assoupit  côte à côte, comblé par cette fabuleuse expérience.

Comme chaque année Tanguy à réussit à surprendre la femme de sa vie.

Quant à Viviane, elle a définitivement décidé d’adopter le jouet extraordinaire.