Morceau choisi

 

Au risque de paraître ignoble il faut avouer que quelques fois l’unique délice d’un amant soit sa queue.

Il est alors complexe, quand on aime qu’un seul bout, de priser la viande sans saveur qui accompagne la saucisse premier choix.

Si encore la tête de veau était en mesure de soutenir une conversation ou d’avoir une petite note d’humour de temps à autre, mais malheureusement rien à signaler sur l’étal.

À croire que lors du croisement le choix a été fait de tout miser sur l’andouillette dans le but de satisfaire un appétit vorace.

 

                                                                               … gare à l’indigestion…

Reconsidération

 

À force de la jouer carpe diem, il arrive un moment où les plaisirs éphémères certes intenses commencent à manquer de saveur.

S’impose alors l’idée saugrenue que ce mode de vie met en perdition ce qui est primordial.

Un pénible questionnement s’immisce alors sournoisement dans l’esprit si léger jusque-là.

Sans doute que des sentiments plus honorables cherchent à se frayer un chemin sous la cuirasse usée par les offensives répétées de preux chevaliers accablés par la défaite.

Néanmoins, le changement de philosophie permet d’atteindre une dimension d’une profondeur insoupçonnée, encore faut-il être capable de reconnaître le miracle lorsqu’il se présente sous une apparence souvent très éloignée de l’idéal.

 

                                                                                          …sacré challenge…

 

Soulagement

 

Il arrive fréquemment au cours d’une liaison d’être pris entre deux feux : l’attachement et le doute.

D’autant plus qu’ inéluctablement on aspire tous au bonheur, et ce, malgré de nombreux mécanismes de protection.

C’est pourquoi, il est tellement difficile de déterminer quelle est la bonne direction, sachant que l’affecte a une fâcheuse tendance à dérégler la boussole de la logique.

Commence alors un chemin de croix plus ou moins douloureux.

Inutile en ces moments sordides de chercher de l’aide, puisque malgré l’empathie des confidents on se retrouve seul et démuni face à des attentes insatisfaites.

Pourtant quelques soit l’issue de ce tourment, l’apaisement suivra toujours la tempête.

 

                                          …affronter sans jamais stagner…

Publicité mensongère

 

Dans le contexte des petites annonces ou autres sites de rencontres, la marchandise proposée correspond rarement à la description.

Il est évident que d’entrée de jeu la méfiance est de mise, car si le subordonné était réellement la perfection incarné il n’ aurait nul besoin de créer un profil pour trouver l’âme sœur.

Mais voilà le monde étant ce qu’il est, chacun dope son cliché.

Quelques kilos et années en moins, cinq à dix centimètres en plus, des photos pas vraiment récentes, jusqu’aux prouesses sexuelles jamais testées et fréquemment un célibat imaginaire.

Le texte est longuement travaillé, mais le mirage est éphémère car la spontanéité des échanges nuit aux mensonges ainsi qu’ à la qualité de l’écriture.

Au final, une perte de temps pour les personnes en recherche réelles de compagnie et un pathétique moment d’évasion pour ceux qui tentent désespérément d’échapper à leur pitoyable routine.

 

                                                                            … triste époque

Les jupes de maman

 

Le moment peut paraître inopportun en cette journée qui honore les mères, de lever le voile sur le désarroi d’une quantité ahurissante d’hommes qui peinent à se mettre en couple, puisque la procréatrice tient non seulement la place première dans leur cœur, mais prend également tout l’espace dans le quotidien.

De facto, il suffit d’un accident de la vie somme toute banal pour que la matrone récupère son bébé afin de le dorloter comme au premier jour.

Reconnaissant et rongé par la culpabilité, il est alors difficile pour le châtrer de sortir de cette emprise pernicieuse.

De plus, comment espérer construire sa vie lorsque la génitrice maintien subtilement toute prétendante à distance ?

En outre, la plus téméraire des demoiselles battra inévitablement en retraite face à la détermination de l’objectrice.

Le fiston passera ainsi les plus belles années de sa vie, tristement seul à se contenter de rendez-vous clandestins.

 

                                                                     …laissez les grandir…

Grosse envie

 

Il est souvent question des besoins sexuels des hommes qui sont usuellement considérés comme des martyrs dès qu’ils ils sont privés un temps plus ou moins long de plaisirs langoureux.

Pourtant les femmes aussi ont des besoins primaires !

Il devient d’ailleurs vraiment urgent de baiser lorsque des objets du quotidien font fatalement penser à une verge dressée.

Selon les circonstances cela peut devenir fort gênant, étant donné qu’il est très difficile de se concentrer sur une liste de courses lorsqu’un scénario des plus cru défile durant la sélection  de légumes au supermarché.

Pire, quand la simple vision du cactus tordu de la grand-mère brouille son long monologue, pendant que le corps fourmille en se remémorant l’incroyable sensation de l’utérus jouant à la guimbarde avec le stérilet.

 

            … vite, vite, un clique et tu niques…

Frustrations féminines 3

 

Jour de gloire : enfin on a réussi à choper l’esthète convoité depuis Mathusalem.

Ses lèvres de velours et sa plastique parfaite sont un aphrodisiaque puissant.

Le corps à corps s’annonce torride.

Une fois seuls la température monte très vite, les préliminaires sont négligés car l’envie d’accouplement est puissante.

L’excitation est à son comble, Popaul est au meilleur de sa forme, cependant surpris par l’étroitesse de la galerie, sa joie éclate trop vite.

Game over !

On pourrait considérer que la situation est plutôt flatteuse, mais soyons réaliste, à l’évidence il y a un problème.

Il se trouve qu’en dehors d’une intelligence supérieure, il ne fait pas bon d’être précoce.

Dans cette mésaventure le pire n’est pas le feu de paille, mais la goujaterie du freluquet qui ne juge pas utile de rattraper le coup à l’aide d’une des nombreuses solutions qui s’offrent à lui.

 

                                                                           ….liste disponible sur demande…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cauchemar

 

Ouf, nous voilà passé à un poil d’être gouverné par une blonde écervelée.

Cependant une nouvelle angoisse se profile : un homme politique en kit peut-il vraiment se montrer crédible, spécialement à l’international où certains dirigeants sont des psychopathes en puissance ?

Toujours est-il que dans l’immédiat nous gardons certaines libertés essentielles.

Entre autres, les adeptes de sexualités divergentes n’ont pas de soucis à se faire, en espérant toutefois que certaines implications du souverain dans des réseaux déviants ne soient que rumeurs.

Petit conseil : forniquez à tout va, car pour l’instant les orgasmes ne sont pas encore taxés, contrairement à toutes les nombreuses autres choses qui sont indispensables pour survivre.

 

                                                                                   … en marche, ou crève…

Itinéraire bis

 

Au moment où le peuple français se fait gentiment enculer, une analyse de pratiques paraît appropriée, d’autant plus que le sexe et le pouvoir sont étroitement liés.

La banalisation de la sodomie dans la sphère hétéro reflète-t-elle réellement une envie d’exotisme ou est elle par mimétisme dûe à l’influence des films pornos ?

En dehors de l’impression de toute-puissance, ne cacherait-elle pas un désir refoulé de rapport homosexuel ?

À chacun de trouver ses réponses…

Toutefois une autre facette de cette pratique  reste toujours taboue : prendre le beau cul poilu de son partenaire en levrette à l’aide d’un accessoire intrusif adapté peut s’avérer source d’assouvissement pour la plus douce des créatures.

Eh oui, le plaisir de la domination n’est pas réservé exclusivement aux hommes !

 

                                                                          …bonne bourre ! 

Controverse

 

En observant le théâtre des politiciens cela pourrait faire rire aux éclats s’il n’était pas devenu aussi difficile d’encaisser le sacre de la manipulation et de la désinformation.

En effet, quelle tristesse de réaliser que l’élite de notre société surfe sur les peurs, les jalousies, les espoirs les plus utopiques des plus faible, les conduisant ainsi à des démarches dépourvues de sens en ce moment où certaines réalités dépassent l’entendement.

Il se pourrait que la raison essentielle qui a mené à une telle déroute se résume à un cruel manque de connaissances qui engendre la haine comme unique mécanisme de défense.

D’autant plus que les personnes stigmatisées sont peut-être finalement bien plus talentueuses que le citoyen lambda de type caucasien.

D’ailleurs il faut se rendre à l’évidence, en France tout comme aux États-Unis, les « sang-purs » seront tôt ou tard en minorité, ce qui n’en déplaise aux simples d’esprit, est une chance et non une calamité.

Assurément, la mixité des cultures ainsi que le métissage des corps feront progresser là où l’angoisse du changement tétanise.

Le temps est venu d’ouvrir les cœurs, d’aimer et soutenir son prochain afin de trouver ensemble le chemin de la raison.

 

…mélenchon nous, euh pardon, mélangeons nous….